vente immobilière

Vente immobilière : le prix du m² bat le record à Paris

Le secteur immobilier affiche une bonne santé. Il est actif à Paris. Fin mars 2017, le m² atteint 8743 euros dans l’ancien. Mais on achète. Le premier trimestre 2017 s’est terminé. La hausse des prix de l’immobilier dans l’ancien continue à Paris, a relevé le réseau Century 21.

Cette nouvelle a été reprise en écho par la presse française. Elle a mis en relief la contradiction entre cette augmentation et la baisse du taux d’intérêt. Ce taux est en légère remontée par rapport à 2016.

8743 euros le m² est un record absolu a noté le réseau Century 21 qui tenait cette information de ses 850 agences établies dans toute la France.

Tendance à la hausse confirmée

La progression moyenne observée depuis 2015 est de 5,1% par an pour la même période. Cette tendance est confirmée par l’agence. Guy Hocquet. Elle a parlé d’une hausse moyenne de 5,2% également au premier trimestre soit 8277 euros le m². Cela concerne les opérations effectuées par Guy Hocquet qui possède 450 agences. Ce prix publié est moins cher car cette agence travaille plutôt dans les quartiers populaires de Paris.

Comme attendu, dans ses éditions chaque magazine immobilier a repris l’information. Les ventes de maisons, d’appartements ou d’immeubles continuent d’augmenter à Paris. Soit de plus de 20%, a précisé Century Fox 21

La vente n’en pâtit pas encore

Pour l’heure, cette nette remontée des prix n’a pas vraiment freiné les ventes. Elles ont enregistré une hausse à deux chiffres, de + 20 % chez Century 21. C’est par rapport au premier trimestre 2016.

Les riches investisseurs sont les premiers intéressés dans l’achat immobilier dans la Capitale française. Il s’agit de ressortissants étrangers. On parle de plus en plus de richissimes hommes d’affaires chinois, qataris, saoudiens, japonais.

Pour Century 21, 83,6% des acquéreurs sont des emprunteurs composés de cadres supérieurs et des particuliers qui évoluent dans la profession libérale. Les cadres moyens en représentent 40,3%. Ils sont, dans leur majorité, des jeunes ménages.

Les ménages modestes exclus

Acheter à Paris ne semble plus être destiné aux ménages à revenus modestes. Les employés et les ouvriers sont de plus en plus écartés malgré que le prêt immobilier reste attractif.

L’année dernière, cette catégorie représentait 32,1% des acheteurs à cette époque. Elle n’était plus que 16,4% au premier trimestre 2017.