Comment contourner les arnaques au crédit ?

Comment éviter l’arnaque au crédit ?

Alors que vous êtes à la recherche d’un prêt ou que l’idée de vous engager dans un crédit vous trotte dans la tête, vous recevez un mail vous proposant un financement à des conditions plus qu’avantageuses.

Prenez garde cependant, car des petits malins ont trouvé le moyen de monter une arnaque, afin que ce soit vous qui payez. Si vous souhaitez ne pas tomber dans leur piège, cet article vous est destiné.

Faites attention à la nature de l’annonce

Il faut le dire, celle-ci paraît le plus souvent alléchante, avec l’histoire très réaliste d’un prêteur fort généreux souhaitant aider des personnes dans le besoin et ce, pratiquement sans grand protocole. L’annonce peut également émaner d’une personne recommandant tel ou tel créancier, ayant elle-même pu bénéficier des services de ce dernier.

Néanmoins, vous devez vous rendre compte de l’évidence. Même si les prêts entre particuliers existent et que certains organismes de crédit peuvent traiter votre demande de prêt personnel, il est logique que ce soit donnant-donnant et une institution financière réelle exigerait un minimum de votre part.

Voici les signes qui permettent d’envisager une arnaque au crédit :

– Le « créancier » ne peut pas se décrire comme un organisme de crédit légalement reconnu. Son site n’est pas sécurisé et il ne possède pas d’adresse physique. Sachez qu’un professionnel est légalement tenu d’afficher des mentions légales au bas des pages de son site (au moins, sa raison sociale, son adresse et son numéro de téléphone). Attention, votre arnaqueur peut également se présenter comme un organisme connu ou lointain, mais dans tous les cas, la même règle s’applique.

– Le « prêteur » annonce des conditions de prêt plus qu’intéressantes, à savoir un taux d’intérêt extrêmement bas et un délai de remboursement très flexible, sur une période plus longue que celles des institutions financières classiques.

– Le montant du crédit peut être plus qu’astronomique.

– Vous pouvez vous engager sans condition stricte. Que vous soyez sans emploi, en difficulté financière ou sous le coup d’un interdit bancaire importe peu, vous pouvez prétendre au financement.

Cependant, un créancier travaillant selon les règles de l’art vérifierait vos capacités de remboursement. Il examinerait vos charges en prenant connaissance de vos revenus, vos éventuels crédits en cours, vos charges familiales, … etc.

– L’annonce est rédigée dans un français plus qu’approximatif.

Faites attention aux formulaires et aux frais

Déjà, prenez garde à toute demande d’informations personnelles en ligne, encore plus si votre « créancier » ne cherche même pas à analyser votre dossier. Vous devez vous méfier à la demande d’une copie scannée de votre pièce d’identité ou encore au remplissage d’un questionnaire où vous serez tenu d’indiquer entre autres votre adresse, le nom de votre banque, votre numéro de compte, avec votre clé RIB et votre IBAN. Ces données sensibles peuvent ouvrir la voie à des usurpations d’identité.

Méfiez-vous également si votre prêteur sollicite un certain apport de votre part au déboursement du crédit. La règle veut que celui-ci soit d’abord effectif avant que l’emprunteur ne procède à un quelconque versement. Or, une arnaque bien montée vous entrainera dans une succession de frais à payer. Au final, vous vous retrouverez à épuiser vos ressources financières personnelles sans jamais voir la couleur du crédit annoncé.

Le mot de la fin

Le mot d’ordre est « Réalisme ». Restez pragmatique : un crédit doit être remboursé et moyennant un minimum de contraintes. Afin de ne pas tomber dans le piège d’une arnaque, faites appel à un professionnel.